Avant de vous décider à entreprendre des travaux d’élagage, il est effectivement essentiel de réfléchir à la meilleure période pour les faire.A priori, certains recommandent de programmer la taille des arbres de leur jardin à la fin de l’hiver. Ce procédé appelé « taille en sec »,tandis que d’autres préfèrent plutôt pratiquer une « taille en vert ». Chaque méthodereprésenteses propres avantages comme ses inconvénients, aussi il est préférable de prendre connaissance de chaque aspect au préalable. Autrement, d’autres critères tels que le type d’arbre ou encore les périodes de grandes chaleurs sont également à prendre en considération. En tout cas, un élagueur saura vous donner de bons conseils.

Discerner les différents aspects d’une « taille en sec » : avantages et inconvénients

La « taille en sec » consiste à réaliser vos travaux d’élagage pendant l’hiver. Pour être précis, l’idéal est de demander à votre élagueur de venir en dehors des périodes de débourrement. Autant laisser faire la nature, car elle s’apprête à puiser dans ses réserves durant cette phase pour préparer sa floraison.Donc, il est plus qu’important de ne pas perturber l’arbre. C’est la raison pour laquelle la saison hivernale est le meilleur moment de réaliser cet entretien. Quoi qu’il en soit, la taille au cours de cette saison représente tout de même un certain désavantage. À savoir, les problèmes de cicatrisations qui exposent les végétaux à des risques de maladies, faute d’avoir une barrière de protection. Ces écorchures favorisent l’infiltration des champignons, des insectes ou des bactéries. En effet, comme l’arbre ne peut cicatriser, les plaies restent béantes jusqu’à l’arrivée du printemps.Sans parler des soucis de sécurité pour le professionnel qui sera chargé de faire le travail.

Découvrir les bénéfices d’une « taille en vert » ainsi que ses désavantages

Différemment d’une « taille en sec », la rapidité de la cicatrisation fait évidemment partie des nombreux avantages d’un élagage au printemps. L’élagueur peut aisément procéder à la taille des arbres jusqu’en août, et faire les entretiens courants. Comme c’est la période de la repousse de la végétation, il est plus facile de distinguer également les branches mortes. Mais paradoxalement, cette méthode présente aussi quelques inconvénients,comme l’ampleur des volumes des feuillages et des branches à évacuer. La personne qui s’occupe des travaux court également le risque d’être exposée à l’émanation des spores libérées par des champignons nocifs. Autrement, il subsiste également quelques précautions à prendre, avant d’élaguer les plantations. Notamment les périodes de fortes chaleurs qui provoquent beaucoup de stress pour les végétaux. Comme ils auront beaucoup plus de plaies suite à l’enlèvement des branchages, ils seront encore plus vulnérables au risque de déshydratation. De la même manière, leur subite exposition au soleil peut engendrer des brûlures. C’est surtout valable pour les arbustes dont les écorces sont assez minces, comme c’est le cas des espèces suivantes :

  • Mérisier,
  • Erables sycomore,
  • Marronnier,
  • Tilleul,
  • Tulipier de Virginie, …

La meilleure période d’élagage selon le type d’arbres

Il existe effectivement des saisons favorables aux travaux d’élagage, selon les types des arbustes. Ainsi, le cycle du taillage des arbres fruitiers ne se passe pas à la même époque que celui des arbres forestiers. Il en est de même pour la taille des résineux et celle des feuillus. Malgré ces informations qui sont communiquées à titre indicatif, il est toujours de rigueur de prendre en considération des critères concernant le climat. En effet, la planificationdes entretiens peut varier en fonction du temps qu’il fait également. Dans l’absolu, les périodes caniculaires ou encore les hivers trop rudes ne sont pas certainement pas le meilleur moment pour les programmer. En tout cas, le mieux est de vous référer auprès d’un professionnel comme cet élagueur en Suisse pour vous aider à préparer votre calendrier.