Le monde de l'entreprise avant tout

Catégorie : Finance Page 2 of 6

Comment bien prévoir son budget travaux ?

Au fil des années, la décoration d’intérieur s’est considérablement démocratisée. Désormais, elle n’est plus seulement réservée aux entreprises de bâtiment et a su devenir accessible aux usagers. Changer de papier peint, faire une dalle de béton ciré ou poser du lambris n’est plus si difficile que cela grâce à des matériaux novateurs. Seule ombre à ce paysage, le budget qui peut parfois peser lourd dans la balance et qui nécessite parfois l’appui d’un crédit pour obtenir l’intérieur de ses rêves.

Un crédit à la consommation pour des travaux de rénovation

Grâce à plusieurs mesures gouvernementales, de nombreux foyers ont pu bénéficier de crédits d’impôt pour pouvoir entamer des travaux de rénovation. Ainsi, il est désormais possible d’avoir un coup de pouce de la part de l’État de manière à avoir une meilleure isolation thermique pour une consommation d’énergie moins importante. Mais, même avec certaines aides, les familles ont parfois du mal à sauter le pas à cause de devis trop onéreux. Voilà pourquoi, le crédit à la consommation s’impose parfois comme l’une des meilleures solutions puisqu’il permet d’échelonner le remboursement sur plusieurs mois et en fonction des possibilités de chacun. En plus, aujourd’hui, certaines sociétés se sont spécialisées dans l’analyse des taux et vous offrent toute leur expertise et leur savoir-faire dans ce domaine afin que vous puissiez trouver le crédit qui vous correspondra le mieux.

Les meilleurs taux disponibles sur le marché

Si se lancer dans des travaux de rénovation n’est pas facile, choisir un crédit l’est encore moins. En effet, il est parfois très difficile de trouver un taux intéressant pour le crédit de travaux. Heureusement, certains prestataires de services se sont occupés de scanner l’intégralité des offres sur le marché et proposent ainsi les meilleurs taux disponibles. Par exemple, pour un prêt personnel travaux d’un montant de 15 000 euros, le TAEG minimum sera de 0,75 % sur 12 mois et de 1,78 % sur 24 mois ce qui fera donc passer votre prêt à 15 112,50 euros ou à 15 267 euros pour une durée plus longue.

Actualités économiques, bourse & finance

Les traders de Wall Street sont-ils confrontés à une impasse ?  La Bourse de New York voit baisser ses indices d’actifs ces jours-ci pendant que la BCE tente de rectifier son tir face à l’économie européenne actuelle à tendance dégressive. Cela fait maintenant 24 heures que l’indice boursier phare de  Wall Street chute de 1.09% à environ 25 395 points. Juste derrière, celui de Nasdaq manifeste une baisse de 1.04% à plus de 7.425 points.

Un marché mondial inéquitable, facteur d’éventuel krach boursier

 

Ces deux derniers jours, la bourse new-yorkaise a continué de chuter. Beaucoup de traders commencent à se désengager face à l’échec de négociation commerciale entre la Chine et les USA. Mercredi 6 mars dernier, le Dow Jones perd au moins 0,52%, Nasdaq voit son actif boursier descendre de 0,93%. Le jour suivant, l’institut monétaire de Frankfort met en place un plan de redressement de secours. Pour se prémunir d’une éventuelle crise, l’institution décide de réduire ses prévisions de croissance au strict minimum. Le tout en adoptant une politique incitatrice de grande ampleur favorisant l’emprunt à très faible taux d’intérêt chez les Grandes banques.

Cette opportunité est plutôt bénéfique aux traders qui veulent investir dans les paradis fiscaux et acheter des actifs peu chers susceptibles de rapporter à tout moment. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre magazine de finance en ligne. Les données accessibles jusqu’alors en économie et en finances ne permettent pas d’anticiper vers quelle issue cette situation va aboutir. Pas plus que le fait de savoir pour combien de temps le problème va encore continuer à persister. Les investisseurs reposent leur confiance sur la stabilité et la commodité des politiques monétaires ayant jusqu’à aujourd’hui permis à ce grand marché boursier de fleurir.

Une négociation commerciale sino-américaine toujours en suspens

Les décisions de la Banque Centrale européenne n’ont que temporairement permis à la bourse new-yorkaise de se redresser. Un autre fait plus alarmant réside dans la difficulté des gouvernants américains et chinois à parvenir à une entente dans leurs politiques commerciales. La négociation se fige et les retombées se font sérieusement sentir à Wall Street. Pour preuve, le S&P 500 peine à franchir la barrière des 2.800 points. Une performance très décevante en termes d’indices boursiers de transports. Pire encore, ceux des groupements d’entreprises qui ne dépassent pas leurs moyennes de 200, notamment pour le cas du Russel 2000. Par ailleurs, le géant des boutiques en ligne Amazon voit son actif boursier chuter de 1,03%.

Maintenant, il est contraint de fermer les portes de plus de 80 commerces à peine actives aux USA. Cette menace de krach boursier pèse aussi sur la vie des salariés d’une fusion de sociétés que le site marchand lui-même vient de lancer en 2018. Il s’agit notamment de la holding de deux grands milliardaires américains du Buffett et Hathaway. Or, cela fait des années qu’elle fait vivre plus d’un million de foyers aux États-Unis. Dans le cadre de sa nouvelle politique Haven, ce grand compte va être obligé de redéfinir les conditions sociales de ses travailleurs. Notamment à travers un système social plus économe et beaucoup moins cher. Pour le cas de la chaîne d’hypermarchés Kroger, cela fait maintenant trois mois qu’elle voit son chiffre baisser de plus de 10%. De même, la chaîne de librairies Barnes & Noble voyait son CA décroître de plus de 12 % juste après Noël et Saint-Sylvestre 2018.

5 raisons pour lesquelles vous devriez choisir des services de comptabilité en ligne

Il peut être important de mettre en place ce type de système avant même que votre entreprise ait la possibilité de connaître une véritable croissance, car les services de comptabilité faciliteront la croissance et vous permettront de mieux gérer la croissance.

En tant que propriétaire d’entreprise, il peut être un peu intimidant d’examiner tous les services de comptabilité à votre disposition, mais il est utile de prendre le temps de résoudre ce problème dès maintenant, afin que votre attention soit à la hauteur sur la gestion de votre entreprise.

Concentrez votre attention

Cela vous évitera de devoir détourner votre attention sur des domaines qui ne relèvent pas de votre domaine de compétence. En misant sur les services d’un comptable en ligne pas cher mais performant, signifiera que vous pouvez vous concentrer sur votre domaine de spécialité, sans perdre de temps sur des domaines avec lesquels vous avez une expérience limitée.

Conçu par des professionnels

Les services de comptabilité en ligne sont conçus par des professionnels. Par conséquent, que vous pouvez accéder à des services de comptabilité de qualité professionnelle et fonctionner en conséquence, dotant votre entreprise de systèmes de comptabilité de qualité supérieure.

Facile à utiliser

Pour ceux qui ne souhaitent pas externaliser, les plateformes de comptabilité en nuage ne nécessitent pas de formation approfondie. De ce fait, cela permettra de réduire les coûts, tant financiers que liés au temps, en vous empêchant, ainsi que vos collègues, de prendre un temps considérable et en ralentissant la productivité et le flux de travail dans d’autres secteurs de l’entreprise.

En bref, les services de comptabilité en ligne constituent l’approche la moins perturbante pour une comptabilité et une comptabilité de qualité professionnelle.

Organisation parfaite

Ils rationaliseront votre environnement et vos processus de travail, au sens propre comme au sens figuré. Votre environnement de travail n’aura plus besoin de supporter des flux de paperasserie sans fin, et vos processus peuvent fonctionner sur un système universalisé cohérent dans toute l’entreprise. De plus, ils vous offrent un accès à des vérifications régulières de votre santé financière et à la possibilité d’initier des transactions à tout moment.

Cela peut vous aider à surveiller vos processus de travail, à mieux vous informer sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et peut vous permettre de travailler avec souplesse et avec une connaissance approfondie de votre situation actuelle. Ne prenez jamais ainsi une autre décision mal informée.

Logiciel tout en un

Ils offrent aux petites entreprises l’accès à des processus de comptabilité professionnels sans les coûts. Les comptables professionnels peuvent coûter très cher, ce qui peut donner à de nombreuses petites entreprises le sentiment d’avoir besoin d’exercer exclusivement en interne.

Les services de comptabilité en ligne offrent un terrain d’entente idéal pour les entreprises qui exigent une comptabilité de qualité supérieure mais ne peuvent justifier le coût d’un comptable individuel.

 

Comment bien choisir son tapis d’entrée sur mesure ?

Il est indéniable qu’un tapis d’entrée sur mesure a pour but d’apporter une touche décorative. Cependant, ce n’est pas le seul rôle qui lui est assigné. En effet, il permet de réduire la quantité de poussières qui pénètre dans la maison. Les propriétaires et les invités ont ainsi le loisir de bien s’essuyer leurs semelles avant d’entrer dans la bâtisse. Un essuie-pieds sert également de coupe-froid en régulant la température à l’intérieur. Pour lui permettre d’assurer ses différentes fonctions, il importe de bien choisir votre tapis d’entrée sur mesure suivant certains critères. Faisons le point. 

La forme du tapis

Avant l’achat, vous devrez vous décider sur la forme de votre tapis d’entrée sur mesure. S’agissant d’un essuie-pieds aux contours arrondis, il est plus indiqué pour les entrées spacieuses. Vous pouvez opter pour un unique tapis qui a du caractère ou acheter deux modèles de même style. Pour votre association de tapis, vous avez la possibilité de jouer sur la taille et les coloris dans le but de mettre en exergue votre espace. 

Le tapis d’entrée en rectangle est le modèle le plus répandu. C’est le type de tapis à privilégier pour les maisons dont l’entrée est en couloir. S’il se trouve que le tapis est plutôt fin, veillez à ce qu’il ait une bonne longueur. En revanche, pour un modèle court, la largeur doit être importante. Enfin, le tapis à l’aspect carré est idéal pour ceux qui veulent conférer une certaine originalité à leur entrée. 

Les bonnes dimensions pour votre tapis

Il n’est pas toujours possible de faire l’acquisition d’un tapis d’entrée personnalisé. Cependant, au moment d’acheter votre tapis d’entrée sur mesure, vous devrez faire attention à la taille de celui-ci. En effet, un tapis aux dimensions trop réduites risque de passer inaperçu en donnant l’impression d’un paillasson. Pour valoriser votre entrée, misez sur un grand modèle qui servira également à conserver la chaleur dans l’habitat. Néanmoins, veillez à ce que votre tapis n’ait pas de proportions trop grandes au point de se replier sur le côté. L’idéal, c’est de laisser une marge d’une dizaine de centimètres entre le tapis et les murs.

La texture de votre tapis

Lorsqu’il s’agît d’acquérir son tapis d’entrée sur mesure, le choix est très vaste. Vous pouvez puiser dans vos finances et acheter un modèle fabriqué à partir de laine, de lin, de chanvre, de fibres de bambou ou encore de coton. Toutefois, tournez-vous vers une matière facile à entretenir et durable.

Pourquoi avoir recours à un prêt hypothécaire ?

 La souscription d’un financement pour l’acquisition d’un logement, d’une voiture ou tout simplement d’un appareil électroménager est souvent une source d’inquiétude pour les emprunteurs. Il est vrai que les banques étudient très précisément les demandes de financement pour éviter des risques d’impayés. Les demandes de justificatifs sont nombreuses et il n’est pas toujours facile de les réunir. En cas de difficultés financières, il ne faut pas se détourner des financements, la Banque Nationale propose des prêts hypothécaires pour se sortir de mauvais pas financiers. 

Qu’est-ce qu’un prêt hypothécaire ?

La souscription d’un prêt hypothécaire est possible même si l’emprunteur est sur la liste blanche de la Banque Nationale. Cela sera évidemment plus compliqué en cas d’impayés. Dès lors que l’emprunteur est sur la liste noire, les établissements financiers sont plus fébriles à accorder un prêt, quelle que soit sa forme. Raison pour laquelle il est important de ne pas attendre que les impayés s’accumulent pour avoir recours à un prêt hypothécaire. Ce type de financement permet de restructurer tous les financements en cours en un seul prêt adapté en termes de durée et de montant des échéances mensuelles. La garantie portant sur le bien immobilier permet aux créanciers d’avoir confiance dans le remboursement des échéances. Si tel n’était pas le cas, le créancier pourrait vendre le bien immobilier pour procéder au remboursement de sa créance. Le prêt hypothécaire est donc une main tendue pour se sortir d’une crise financière passagère. 

Quels sont les avantages d’un prêt hypothécaire ?

Un prêt hypothécaire permet de racheter tous les financements en cours qui n’ont pas obligatoirement la même date de prélèvement de l’échéance. La gestion d’un prêt hypothécaire est beaucoup plus souple puisque vous pourrez déterminer votre mensualité en fonction de votre situation familiale et professionnelle du moment. Vous pourrez ainsi allonger la durée de votre financement pour réduire la mensualité, ce qui vous permet de vous donner une bouffée d’air tous les mois. Il est possible de faire des simulations en ligne pour se donner un ordre d’idée. 

La régulation financière, qu’est-ce que c’est ?

A la suite des grands chocs pétroliers, l’Etat met en place des moyens d’actions visant à réguler l’économie dans sa globalité et à maintenir l’équilibre du marché. Des autorités de régulation plus ou moins indépendantes mais surtout impartiales sont alors créées.

La régulation s’exerce sous plusieurs formes

La régulation des marchés financiers : le but de cette régulation est la transparence et l’intégrité des activités financières, la protection de l’épargnant et la stabilité du système financier. Les autorités de régulation interviennent à tous niveaux, nationaux, européens ou internationaux.

La régulation micro prudentielle : elle consiste à quantifier le risque de faillite d’une entité financière dans le but de limiter les risques de défaillance individuelle.

La régulation macro prudentielle : le but est le même mais elle concerne le système financier dans son ensemble.

Ces deux dernières régulations ont été mises en place à la suite de la crise des subprimes.

Les principaux acteurs

 

Les principaux acteurs de la régulation sont les autorités de régulation. Il en existe de nombreuses mais, en ce qui concerne la finance, le ministère chargé de l’Economie et des Finances, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Régulation (ACPR) et l’Autorité des Marchés Financier (AMF) veillent à règlementer les marchés financiers. Ces différentes institutions sont regroupées dans le Haut Conseil de Stabilité Financière.

Chaque acteur a un rôle défini. Le ministère promulgue des arrêtés et transcrit en droit français les normes européennes et internationales. L’ACPR, autorité indépendante, assure la stabilité du système financier. Son président est le gouverneur de la Banque de France.  Il a le pouvoir de sanctionner les professionnels du secteur bancaire et financier et de protéger leurs clients. L’AMF, quant à elle, régule les marchés financiers. Le Haut Conseil de Stabilité Financière coordonne les trois protagonistes.

La régulation s’exerce à plusieurs niveaux. Nous venons de détailler son action et son fonctionnement au niveau du territoire français. Les niveaux européens et internationaux ont eux aussi leur système de régulation financière.Si vous voulez trouver un professionnel de la régulation financière, n’hésitez pas à visiter ce site.

La SESF

 

La Commission européenne a créé le Système Européen de Surveillance Financière (SESF) qui vise à uniformiser le système de régulation d’un pays à l’autre. Trois principales Autorités travaillent ensemble : l’Autorité Bancaire Européenne (ABE), l’Autorité Européenne des Assurances et des Pensions Professionnelles (AEAPP), l’Autorité Européenne des Valeurs Immobilières (AEVM). Elles sont regroupées sous l’égide du Comité Européen du Risque Systémique (CERS).

Cette dernière entité veille à la stabilité financière, surveille la régulation macro prudentielle et avertit l’Union européenne de tous risques systémiques. Elle est tenue de présenter un rapport annuel au Parlement Européen.

Lutter contre les désordres financiers

 

Au niveau international, il est apparu indispensable de créer une institution pour lutter contre les désordres financiers. Son rôle est préventif mais aussi curatif. Elle émet des recommandations reprises par ailleurs au niveau national. Le Comité de Bâle, institution internationale, créé suite à la crise des subprimes par les gouverneurs des banques centrales du G10 est investi de différentes missions comme le renforcement de la sécurité du système bancaire, la diffusion des pratiques bancaires et financières les meilleures. Le Fonds Monétaire International (FMI), né en 45, est aussi en charge de veiller à garantir les échanges internationaux. Mais d’autre part, il promeut la coopération monétaire internationale et facilite les échanges internationaux. La Banque Mondiale, quant à elle, est plus tournée vers les pays en voie de développement. Elle gère des prêts à faible ou nul intérêt et des dons dans des domaines variés comme l’éducation, la santé ou l’infrastructure.

Trois questions que l’on se pose à propos des SCPI

De plus en plus de Français souhaitent effectuer des placements plus sûrs depuis la crise des subprimes en 2008, ils sont désormais très frileux à l’égard des placements sur les produits bancaires. En revanche, l’immobilier se porte très bien. L’un des investissements les plus convoités actuellement, c’est la SCPI (société civile de placement immobilier). Elles consistent à laisser une société de gestion acheter et revendre les biens, et les revenus sont proportionnels au capital apporté par l’actionnaire.

Est-ce un placement rentable ?

Investir en SCPI implique de faire le bon choix. Si vous souhaitez obtenir un rendement à court terme, il est préférable de se tourner vers une SCPI de rendement dont les revenus sont tirés des loyers. Elles sont essentiellement composées de biens immobiliers professionnels. La SCPI fiscale (loi Pinel ou Loi Malraux) quant à elle vous permettra quant à elle d’optimiser votre fiscalité en réduisant le montant de vos impôts ou de vos travaux de rénovation. Par contre, si vous cherchez à capitaliser pour l’avenir (pour la retraite par exemple), les SCPI de plus-value seront certainement plus intéressantes pour vous, car les revenus tirés de la revente des biens se font à long terme.

Est-ce un investissement risqué ?

Comme tous les investissements, la SCPI ne peut pas garantir le risque 0. En effet, comme tout système de placement financier, elles sont soumises aux fluctuations du marché. Jusqu’à présent, les SCPI jouaient la carte de la stabilité en investissant uniquement dans la zone euro. Aujourd’hui, ces grandes sociétés décident de proposer des produits plus risqués, mais qui pourraient rapporter. La SCPI de rendement Corum XL par exemple achète une partie de ses biens en dehors de la zone euro. Les bénéfices sont donc soumis aux aléas de la valeur de la monnaie sur place. Néanmoins, les parts sont plus abordables en termes de prix et une réserve de sécurité stable est constituée du parc immobilier européen.

Le commissaire aux comptes, dans quel cas en a-t-on besoin ?

Quelle est la différence entre un commissaire aux comptes et un expert-comptable ?

  1. Le commissaire au compte : quand en avoir besoin ?

Le commissaire au compte est un acteur indépendant, qui ne fait pas partie de la société, et dont la mission consiste à certifier la transparence et la régularité des comptes annuels faits par une entreprise ou tout autre établissement. Pour ce faire, il doit effectuer un diagnostic comptable et financier.

C’est une tâche légale que la société, lors de sa création ou du fait de son essor, pourrait, néanmoins, décider de son plein gré. Mais en nommant un commissaire au compte, il y a des formalités à réaliser.
Il est ainsi impératif de publier une annonce légale.
Un commissaire aux comptes doit par conséquent être désigné inévitablement dès que certains seuils eurent été dépassés ou en fonction des caractéristiques de l’institution, mais on peut aussi envisager de désigner un commissaire aux comptes même si la société n’y est pas vraiment forcé.

 

Quelles sont les obligations essentielles dont on doit tenir compte pour désigner un commissaire aux comptes ?

Tout d’abord, il y a deux raisons qui peuvent entrainer la désignation d’un commissaire aux comptes :

  • Le dépassement de certains seuils ou quand l’entreprise satisfait certains critères ;
  • La nomination délibérée d’un commissaire aux comptes.

De ce fait, Il est parfaitement envisageable de désigner un commissaire aux comptes, quand bien même la loi en vigueur n’exigerait pas nécessairement sa désignation. Quand la société désigne optionnellement un commissaire aux comptes, ce dernier accomplira la même prescription que celle des commissaires aux comptes nommés obligatoirement. Mais, même dans ce cas, sa nomination doit faire l’objet d’une publication légale.

 

Le commissaire aux comptes dans les Sociétés Anonymes (SA) et SARL

Une SA doit nécessairement désigner un commissaire aux comptes à dater de sa constitution.

Une société à responsabilité limitée (SARL) doit désigner obligatoirement un commissaire aux comptes quand l’entreprise franchit, à la fermeture de l’exercice, deux des trois seuils indiqués ci-dessous :

  • Chiffre d’affaires HT au-dessus de 3 100 000 € ;
  • Total bilan au-dessus de 1 550 000 € ;
  • Nombre de salariés au-dessus de 50.

Le commissaire aux comptes dans les Sociétés par Actions Simplifiées

On prévoit aussi des seuils pour les SAS, mais ils demeurent de moindre importance par rapport à une SARL. La désignation d’un commissaire aux comptes dans une SAS est incontournable quand l’entité franchit, à la fermeture de l’exercice, deux des trois seuils indiqués ci-après :

  • Chiffre d’affaires HT au-dessus de 2 000 000 € ;
  • Total bilan au-dessus de 1 000 000 € ;
  • Nombre de salariés au-dessus de 20.

De surcroît, si la SAS dépend d’une société, ou si elle a le regard sur une autre entreprise, elle se doit de désigner un commissaire aux comptes. Le concept de contrôle présenté ici se réfère aux situations indiquées ci-dessous :

  • Existence d’une expertise exclusive, cela arrive notamment quand la SAS possède plus de la moitié des droits de vote d’une autre entreprise ou est sous le contrôle d’une autre entreprise qui détient plus de la moitié des droits de vote. Il y a d’autres cas, mais que vous trouverez commentés dans l’article L 233-16 du code de commerce.

 

  • Existence d’un audit conjoint, c’est l’audit d’une société commandé par un nombre restreint d’associés ou d’actionnaires qui doivent nécessairement se mettre d’accord pour décider des mesures à prendre.

 

  1. Commissaire au compte et un expert-comptable : quelles différences ?

L’expert-comptable est un spécialiste de la comptabilité dont la mission ne consiste pas seulement à établir les comptes de l’entreprise : C’est un véritable collaborateur sur qui le chef d’entreprise peut s’appuyer pour avoir des conseils juridiques, comptables ou en fiscalité, voire en matière patrimoniale.

L’expert-comptable, qu’on désigne souvent par l’acronyme «EC» et le commissaire aux comptes « CAC » sont deux acteurs essentiels à la vie des sociétés.

Cependant, ces deux professionnels sont différents à différents niveaux alors que leurs missions se complètent.

Quelles sont les divergences entre EC et CAC, plus exactement, qui fait quoi ?

  1. Première divergence : obligation de désignation

Contrairement à l’expert-comptable dont la mission n’est pas imposée par la Loi (excepté dans certaines situations très rares et particulièrement dans le cas des entreprises qui ont des comités assez larges), celle d’un commissaire aux comptes est imposé pour les sociétés qui se trouvent dans certaines situations que nous avons déjà évoquées ci-dessus, concernant les SAS et les SARL.

 

  1. Deuxième divergence : dimensions et objectifs de l’intervention !

L’ampleur de l’intervention constitue une divergence assez révélatrice entre l’expert-comptable et le commissaire aux comptes.

Pour récapituler, la mission de l’expert-comptable est contractuelle alors que le commissaire aux comptes exerce un mandat d’ordre légal.

La mission de l’expert-comptable est définie en collaboration avec la société qui fait appel à ses prestations et se trouve consignée dans un document dénommé lettre de mission. Elle est libre. La mission de l’agent-comptable peut se limiter à une simple veille comptable. Cependant, il peut s’occuper de toute la comptabilité de la société (y compris des bilans annuels), et il peut même établir les déclarations fiscales et sociales.

Ce professionnel du calcul a toutes les qualités qui lui permettent de suivre  l’entreprise durant toutes les phases de son évolution. Il a le savoir-faire nécessaire pour prodiguer des conseils en vue d’améliorer la situation juridique, fiscale ou sociale de l’entreprise. Il peut exécuter des consultations régulières sur proposition de son client. C’est le conseiller favorisé des sociétés, capable d’améliorer la valeur de l’entreprise.

Quant au commissaire aux comptes, sa tâche, telle que définie par la Loi, consiste à agir pour l’intérêt général. Un commissaire aux comptes valide les comptes des sociétés et autres institutions, en montrant qu’ils sont effectués selon les textes réglementaires en vigueur, et qu’ils rendent compte avec sincérité de la situation économique réelle de la société.

En outre, sa mission consiste à récolter de nombreux indices afin d’obtenir la garantie qu’aucune irrégularité significative n’apparait dans les comptes.

Il doit aussi présenter au Procureur de la République tous les faits illégaux dont il a pris connaissance. De surcroît, il se doit d’anticiper les ennuis des sociétés dans les limites de la procédure d’alerte.

Enfin, il peut délivrer différentes attestations. Mais, à l’inverse de l’expert-comptable, il ne peut prodiguer aucun conseil étant donné qu’il doit nécessairement être indépendant. Le commissaire aux comptes peut néanmoins suggérer quelques recommandations d’améliorations. Il doit établir un climat de confiance pour les tiers.

 

  1. Troisième divergence : durée de la mission

D’après la Loi, l’activité d’un commissaire aux comptes s’étend sur six exercices comptables, que le mode de désignation soit obligatoire ou volontaire.

Sa mission se termine après la délibération de la commission qui se prononcera sur les comptes du sixième exercice. A la fin de ce délai, une reconduction ou une subrogation peut être décidée. Dans ce cas de figure, le remplacement du commissaire aux comptes fera l’objet d’une annonce légale afin de prévenir les tiers. La mission du CAC pourrait néanmoins se terminer de manière précoce dans certaines conjonctures bien définies : désaveu, relèvement judiciaire, désistement, décès…

A contrario, le mandat d’un expert-comptable n’obéit pas à une durée prédéfinie. La mission peut être résiliée à n’importe quel moment et sans justification, à la condition que les arrangements contractuels mentionnés dans la lettre de mission paraphée par la société et l’expert-comptable soient respectés, et particulièrement en ce qui concerne le préavis ou l’indemnité de résiliation.

 

  1. Quatrième divergence : l’attestation délivrée, un acte qui fait loi !

Au terme de ses travaux de diagnostic et de vérification, le commissaire aux comptes remettra plusieurs rapports, dont le rapport qui analysera les comptes annuels de l’entreprise. Celui-ci présente un niveau de confiance bien plus élevé que celui fait par l’expert-comptable, vu qu’il sera publié au moment du dépôt des bilans annuels au greffe du tribunal de commerce.

Alors que l’attestation de l’expert-comptable ne sera pas publiée. Elle sera communiquée sur simple ordre de la société à l’entité qui en fera la requête à condition que la première donne son accord.

 

  1. Cinquième divergence : les honoraires

En réalité, les honoraires de l’expert-comptable ne sont pas encadrés et ils restent tributaires d’un accord entre l’entreprise et l’expert-comptable au moment de la rédaction de la lettre de mission. Les rétributions peuvent être sous forme de montant forfaitaire ou correspondre à une facturation qui prend en considération le temps réellement mis à étudier le dossier. Les honoraires doivent néanmoins obéir à certains critères et paramètres dont la qualité du service réalisé par l’expert, la notoriété de l’EC, son niveau de formation…

A contrario, les honoraires du commissaire aux comptes sont définis par un barème fixé par la Loi, en fonction du nombre d’heures travaillées.

Le calcul des honoraires s’obtient en en additionnant 3 critères : le bilan dans sa totalité, les produits d’exploitation et financiers. Il est envisageable, dans quelques situations, d’enfreindre le barème. Auquel cas, le commissaire aux comptes devra verser une requête auprès de la Compagnie Régionale des CAC dont il fait partie.

Comment obtenir un crédit renouvelable sans justificatif ?

Le crédit renouvelable sans justificatif, encore appelé prêt non affecté, permet à un particulier d‘emprunter de l’argent auprès d’une banque de son choix pour faire face à des dépenses. Son avantage réside dans le fait que le débiteur n’a pas de compte à rendre à la banque, concernant les dépenses effectuées avec le montant emprunté. De même, la banque n’a pas le droit de réclamer des documents qui justifient l’utilisation qui a été faite avec l’argent. Avec le crédit renouvelable sans justificatif, l’emprunteur est le seul responsable de la gestion de son capital. Bon nombre d’organismes financiers proposent ce type de crédit. Comment faire son choix ? Comment réussir à décrocher un crédit renouvelable sans justificatif ? Nous apportons des réponses à ces interrogations dans cet article.

Comparer les offres de prêt 

Les organismes proposant un crédit renouvelable sans justificatif sont nombreux. Il s’agit en général des banques, des courtiers en prêts bancaires et des organismes financiers. Les offres de prêts varient d’un organisme à un autre. Plusieurs plateformes en ligne proposent des outils de comparaison de ces offres. Deux critères importants dont il faut tenir compte lors de la comparaison des offres sont le taux d’intérêt et la durée de remboursement.

Certains organismes proposent d’obtenir une carte de crédit renouvelable sans justificatif. Suivant le crédit demandé, il y a trois cartes renouvelables proposées : la carte privative, la carte acceptée par toutes les enseignes et la carte fonctionnant comme une carte bancaire. La première ne fonctionne qu’avec les magasins ayant un partenariat avec l’organisme financier auprès duquel l’emprunteur a souscrit au crédit. La deuxième suppose au préalable un accord entre la banque et les enseignes. La troisième fonctionne comme une carte bancaire usuelle et permet d’effectuer tout type d’achat quel que soit l’enseigne.

Les documents à fournir

Pour souscrire aux services d’un organisme financier comme l’octroi de prêts, il y a un dossier à constituer. La souscription à un crédit renouvelable sans justificatif ne déroge pas à la règle. En général, le dossier est constitué des éléments suivants : la pièce d’identité de l’emprunteur, un relevé d’identité bancaire datant des trois derniers mois, un justificatif de revenus (une fiche de paie ou un avis d’imposition par exemple) et des garanties bancaires. Contrairement au crédit affecté, il n’y a pas de justificatif d’utilisation à fournir.

Recourir aux services d’un professionnel

Le recours à un professionnel peut être utile surtout si on est novice en la matière. Pour ceux et celles qui n’ont pas de connaissances du secteur financier, ils ne doivent pas hésiter à recourir aux services d’un professionnel. En fonction de leur situation financière et de leur capacité de remboursement, ce dernier peut leur apporter l’éclairage dont ils ont besoin pour faire le choix d’un organisme financier approprié et réussir à obtenir le prêt. Le professionnel leur apporte l’aide nécessaire pour éviter les déconvenues résultant d’un mauvais choix telles que les pénalités en cas de résiliation de contrat.

Opter pour un crédit à taux fixe

Le crédit renouvelable sans justificatif, à l’instar des autres formules de prêts, est soumis à un taux d’intérêt. Il s’agit là d’un autre facteur très important à prendre en compte lors de la comparaison des offres disponibles sur le marché. Il y a deux types de taux d’intérêts : le taux d’intérêt fixe et le taux d’intérêt variable. C’est le taux d’intérêt fixe qui est recommandé parce qu’il ne varie pas suivant les fluctuations du marché.

Comment tester son salaire en ligne ?

Êtes-vous bien payé, votre rémunération correspond-elle à vos compétences, est-elle au prix du marché ? Vous avez envie de gagner plus, mais vous ne savez pas comment négocier. Il existe aujourd'hui par le biais d'internet des outils qui permettent de calculer son salaire au plus juste, celui auquel vous pouvez prétendre.

Selon le secteur de l'entreprise

Chaque métier est classé selon certains critères. Outre le secteur de l'entreprise, sa localisation, c'est également l'âge, les diplômes, l'expérience dans la fonction, le nombre de langues parlées et écrites du salarié qui vont déterminer le salaire, les rémunérations. Pour s'épanouir au travail, il est important d'occuper un poste qui correspond à ses compétences. La promotion est un ascenseur social du travail accompli et c'est indispensable pour se sentir bien au sein d'une entreprise. Le travail est un milieu au coeur de bien des angoisses, mais c'est aussi un lieu de créativité et d'épanouissement. Évaluer son salaire peut être un moteur pour s'améliorer, pour demander une augmentation.

Quel salaire espérerez-vous pour ce poste ?

Cette question est généralement posée lors d'un entretien d'embauche. Cette interrogation peut déstabiliser la personne, pourtant il est important de connaître le salaire que l'on mérite en fonction de ses compétences. Par rapport à celles-ci, vous pourrez mieux vous situer dans la grille des salaires de votre secteur. Vous pouvez ajuster lors de l'entretien votre situation en fonction du niveau de responsabilité que vous propose le recruteur. Rares sont les entreprises qui acceptent d'emblée les propositions. Armez-vous d'arguments pertinents, voyez si vous êtes en position de force ou non. En ayant recours à des sites spécialisés conçus pour tester son salaire peut être bénéfique. Vous pourrez ainsi mieux vous préparer pour votre prochain entretien, négocier vos avantages, trouver un nouvel emploi… Vérifiez dès aujourd'hui si vous êtes bien payé grâce à Internet.

Page 2 of 6

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén