Les huiles essentielles sont des produits très demandés du fait de leurs vertus et de leur efficacité. Utilisés en rituel de beauté, en parfumerie, en cuisine, mais aussi en thérapie, ces extraits naturels de végétaux font désormais partie intégrante de notre quotidien. Il faut cependant différencier les huiles essentielles des essences végétales et des hydrolats. Les HE s’obtiennent le plus souvent par distillation à la vapeur d’eau, mais il existe également d’autres procédés permettant de leur extraction.

L’expression ou l’extraction par pression à froid

C’est une méthode qui est souvent employée pour extraire l’essence aromatique et non l’huile essentielle des agrumes. Cette technique mécanique consiste à envoyer les zestes, les écorces ou les agrumes dans une cuve et à les presser avec une machine ou à la main.

De cette manière, les huiles seront libérées uniquement par force mécanique. Une décantation à froid permet par la suite d’isoler l’essence de l’eau. Le produit fini n’a donc subi aucune modification biologique

L’extraction par CO2 supercritique

Technique la plus moderne, mais aussi la plus coûteuse, l’extraction par CO2 supercritique donne une huile essentielle de très haute qualité, car il s’agit d’une méthode complètement biologique. Pour faire plus simple, si la distillation se fait grâce à un courant de vapeur d’eau, cette autre méthode utilise plutôt un courant de CO2. Ceci a pour but d’augmenter la pression ce qui engendre l’éclatement des sacs d’arômes des plantes.

L’extraction par enfleurage

Il existe des pétales de fleurs qui s’altèrent sous l’action de la chaleur rendant l’extraction de l’huile essentielle par distillation ou par impossible. De là est née la méthode d’extraction par enfleurage. Les pétales sont d’abord placés dans de la graisse sur des châssis de verre qui seront changés quotidiennement. Le procédé dure plusieurs jours.

Peu à peu, la graisse sera saturée en huile essentielle et l’on obtient un composé nommé « pommade ». Pour extraire l’huile, cette pommade sera lavée à l’aide d’un dissolvant alcoolique. Ce dernier élimine la graisse puis s’évapore et il ne reste plus que l’« absolue » avec des propriétés olfactives très dominantes très utilisée en parfumerie et en cosmétologie.

La méthode d’extraction par macération

Ici également, il ne s’agit pas exactement d’huiles essentielles, mais plutôt d’huiles florales. Cette méthode est similaire à l’enfleurage. Pendant plusieurs jours, les plantes sont macérées dans des cuves d’huiles jusqu’à provoquer une rupture des membranes cellulaires. Le produit obtenu étant lipophile, il est surtout employé en cosmétologie.

La distillation à la vapeur d’eau

De loin le procédé d’extraction le plus utilisé et le plus ancien, la distillation par entrainement à la vapeur d’eau permet d’obtenir une huile essentielle pure et gardant toutes ses propriétés. Les plantes sont placées dans une cuve. Ensuite,l’on y fait passer un courant de vapeur d’eau. L’humidité et la chaleur entrainent les molécules volatiles des huiles essentielles avec la vapeur d’eau dans un serpentin pour tout refroidir.

C’est l’endroit où la condensation va se passer. Le liquide obtenu est ensuite recueilli dans l’essencier. La phase huileuse étant généralement moins dense que l’eau se distingue de la phase aqueuse. Deux robinets permettent de recueillir séparément l’huile essentielle dans la partie supérieure et l’eau florale ou l’hydrolat dans la partie inférieure. La plupart des huiles essentielles de Madagascar sont extraites avec ce procédé.