Une société fiduciaire est souvent commise pour effectuer des travaux de comptabilité, d’organisation et d’autres travaux pour les entreprises. Ainsi selon les nouvelles pratiques judiciaires, ce prestataire peut créer, décompter la TVA, gérer la comptabilité d’une entreprise donnée. Nous vous proposons dans cet article de découvrir les principaux rôles d’un fiduciaire en Suisse.

Créer une entreprise

Pour créer une entreprise, il faut faire une étude de base, tout en tenant compte de votre secteur d’activité, vos charges et votre chiffre d’affaires. Ensuite, vous devez planifier la forme juridique de celle-ci en vous rapprochant des autorités compétentes, c’est-à-dire un juriste-fiscaliste qui pourra vous aider. Pour trouver un juriste-fiscaliste compétent, vous pouvez consulter le site. Celui-ci prend en compte vos besoins, vos intentions, vos aspirations afin de déterminer le statut juridique qui vous convient. Cette étape est d’autant plus importante qu’elle détermine à part entière votre choix idéal.

Cela peut vous intéresser : Etablir un plan de trésorerie prévisionnel

Dans le cas où la société serait une personne physique, analysez alors les différents statuts qui existent afin de choisir le mieux approprié. Cette opération peut désormais se faire en ligne et pour la faire, il vous suffira de consulter le site.

Décompter la TVA

La taxe sur valeur ajoutée (TVA) est une forme d’impôt indirect perçu sur les services, les productions et les biens du chiffre d’affaires d’une entreprise, quelle que soit sa forme juridique. En effet, elle se perçoit de manière formelle chez l’entrepreneur afin de permettre à celui-ci de s’acquitter aisément de ses impôts.

Cela peut vous intéresser : Investissement immobilier, des avantages liés aux régimes fiscaux actuels

Le décompte se fait trimestriellement, semestriellement, annuellement pour permettre à l’entrepreneur ou à la société de mieux se préparer. Cela lui permet en effet de ne pas se retrouver avec une grande pression quand ce sera le moment de payer. Pour les produits non exonérés comme : voitures, montres, bijoux, vêtements, alcool, etc., le taux normal appliqué est de 7,7 % du chiffre d’affaires. Pour les hôtels et auberges, c’est 3,7 %. Et pour les produits alimentaires, c’est 2,5 %.

En définitive, le rôle d’un fiduciaire est vraiment important et nécessite de plus en plus d’attention surtout de la part des autorités compétentes en la matière. Le juriste-fiscaliste qui doit vous faire ce travail devra être bien outillé et compétent. Cela lui permettra de faire une intervention sur mesure en fonction de vos besoins, vos attentes, votre chiffre d’affaires, etc.