Comment sortir la tête de l’eau quand une personne est fichée sur le FICP ? Il y a plusieurs solutions. La plus simple est de régler ses dettes et de se conformer à la banque. Elle pourra aussi voir d’autres options que les établissements financiers mettent à leur disposition. Etre fiché ne devra pas être un frein pour trouver du crédit.

Le FICP, loin d’être la fin du monde

Etre fiché FICP est très contraignant pour une personne qui souhaite acquérir un fond. Cela veut dire qu’il ne pourra pas contracter de crédit auprès de toutes les banques de la Belgique. Pour les individus récidivistes, la raison peut être du à leur comportement financier. Ces personnes savent déjà qu’elles sont exposées à des risques mais continuent toujours leur méfait. Par contre, il y a des incidents qui provoquent le non remboursement des crédits bancaires.

Dans le meme genre : Quel est l’utilisté d’un rachat de crédit ?

Et cela, les banques sont prêtes à prendre en compte. Par exemple, suite à une faillite du à un sinistre naturel, ou encore, un accident de travail dans un pays étranger… cela peut être négocié auprès de la banque. Pour ainsi dire, celle-ci étudie chaque profil et chaque situation pour vraiment fermer les portes à son client. Bien qu’il soit fiché, les établissements financiers, avec des garanties très pertinentes, peuvent toujours accorder un prêt selon www.solutions-contentieux.be.

Clarifier la situation

A la question : une personne fichée peut toujours avoir accès à un emprunt ? La réponse est donc, oui. Cependant, cela nécessite quelques conditions. En premier lieu, la personne doit s’acquitter de ses dettes auprès de la banque. Si elle n’a pas payé trois mois de mensualité, il devra les honorer. En suite, il pourra payer normalement les mensualités restantes. Ou encore, si elle doit payer la somme totale du crédit, elle doit le faire.

A lire en complément : La régulation financière, qu’est-ce que c’est ?

Dans le jargon financier, le client doit donc être « réglo » avec sa banque. C’est la condition sine qua none. Le client doit savoir également, qu’à moins d’une faute grave, il pourra toujours négocier auprès de l’établissement financier. Par contre, celui-ci lui demandera des garanties très solides. Par exemple, s’il est prêt à faire une hypothèque sur sa maison. Les critères d’analyse de la banque sont plus exigeants qu’un prêt pour personne non fichée.

Les options à prendre en compte

D’autres moyens sont aussi possibles pour contourner le FCIP. Le client peut proposer de racheter son crédit. Cela est conseillé pour dégager quelques poids de son épaule, puisque ce procédé diminue le montant des mensualités. Cependant, il devra rallonger la durée de sa dette. S’il doit payer sur 4 ans, avec un rachat, son crédit peut s’étaler sur 10 ans.

Cela peut devenir un calvaire s’il connait quelques pépins durant ce délai. Le crédit hypothécaire peur aussi être une option. Le demandeur peut déposer à la banque des objets de valeurs pour garantir sa solvabilité. L’autre solution pourra être une demande de crédit dans un autre pays. Certains pays offrent des prêts à des taux moins élevés que sur le territoire national.

Conclusion

Avant de contracter un crédit en tant que personne forcée FICP, celle-ci doit savoir qu’elle est en position risquée. Sa situation ne le permettra pas des largesses même si elle obtient la somme voulue auprès d’une banque. Le surendettement est un des facteurs majeurs de litige qui peut mener devant le tribunal ou encore pire.