Être entrepreneur, ce n’est pas seulement proposer un produit ou un service et essayer de le vendre. Les entreprises, outre leur offre commerciale, sont porteuses de valeurs. Certaines entreprises sont même créées avec des missions solidaires, citoyennes et/ou éco-responsables. On peut toutefois déjà afficher ses valeurs et son engagement au quotidien à travers son comportement et ses habitudes, de manière à réduire son impact sur l’environnement.

Un mobilier responsable

Qu’on cherche à meubler une entreprise déjà bien installée ou une entreprise fraîchement créée, offrir une seconde vie à du mobilier d’occasion est une bonne façon de réduire son impact sur l’environnement tout en chouchoutant son budget. Il est facile de se procurer bureau, chaise, meuble d’archives, machine ou armoire atelier d’occasion. Il n’est en effet pas rare qu’une école ou une entreprise, qui ferme ou qui déménage, mette ses anciens meubles en vente, que ce soit lors d’une brocante ou d’une vente aux enchères.

C’est ce qu’a fait l’ancienne faculté dentaire de Rennes qui, suite à son déménagement, a fait don de tout son équipement à l’Hôtel Pasteur. Celui-ci a ensuite proposé l’intégralité à la vente au cours d’une vente aux enchères. Sans compter les entreprises spécialisées dans la vente de mobilier de bureau, neuf ou d’occasion.

On peut également opter pour du mobilier en bois issu de forêts gérées durablement, ou du mobilier fabriqué à partir de déchets industriels recyclés, que ce soit du vieux mobilier balancé à la benne, comme celui du Pôle Emploi de Castres, ou les rebuts d’usine produits en série.

Les bonnes habitudes

Acquérir un mobilier certifié, avec des labels et tout le tralala, c’est bien beau, mais si le comportement ne suit pas, c’est un coup d’épée dans l’eau. La démarche vers un bureau éco-responsable résulte d’une prise de conscience et du besoin d’agir de façon concrète et durable. Sinon, on se contente d’une conscience écologique de façade un brin hypocrite pour séduire les clients et améliorer son image, et ça s’appelle du greenwashing. Acheter du papier recyclé pour l’imprimante, c’est bien, mais ce n’est que la moitié du chemin, l’autre moitié consistant à gérer ses impressions de façon raisonnée et modérée, en n’imprimant que quand c’est nécessaire, ou encore en réutilisant les brouillons.

Être écolo, ça coûte plus cher ?

L’équipement labellisé coûte plus cher, c’est un fait. Le coût plus élevé de fabrication a un impact direct sur le prix de vente. Toutefois, la durabilité, ainsi qu’une consommation raisonnée et revue à la baisse, permettent de compenser ce surcoût.