Comment procéder pour acheter une entreprise ?

Devenir entrepreneur ou propriétaire d’entreprise ? Beaucoup de personnes en rêvent. Certes, il s’agit d’un procédé qui n’est pas vraiment facile. Il est tout de même réalisable. Dans tous les cas, il faut savoir qu’une opération d’acquisition est longue, complexe et harassante. Il y a plusieurs étapes à suivre obligatoirement. Il faut donc être bien décidé avant de se lancer. Zoom sur les essentiels d’une acquisition d’entreprise.

La préparation du projet

L’acquisition d’une entreprise n’a rien à avoir avec l’achat d’un simple bien. C’est un projet qui nécessite des études de longue haleine. Il faut donc prendre tout son temps avant de se lancer.

A lire également : 5 idées marketing pour faire connaître votre entreprise

Il faut se poser plusieurs questions sur le budget, les objectifs de l’achat, le type d’achat à faire, les compétences, les activités, etc. Il faut également passer par le cryptage des cibles et l’évaluation des sociétés potentielles. Habituellement, les acheteurs font appel à des experts en finance comme ceux du cabinet fusion acquisition Paris. Ils peuvent intervenir pour faire l’intégralité des études jusqu’à l’achèvement du projet d’acquisition, donc la signature du contrat final.

Les étapes vers la lettre d’intention

Une fois que l’acheteur décide entre quelques cibles, lui et ses conseillers peuvent prendre contact avec les entrepreneurs qui veulent faire la cession de leurs entreprises. Cela marque le début des discussions et des négociations. Les vendeurs doivent leur fournir toutes les informations indispensables concernant l’entreprise après que l’acheteur ait présenté son pitch. Si les experts avec lesquels l’acheteur jugent l’achat intéressant et que lui-même il en est convaincu, les négociations peuvent débuter. L’objectif est de trouver un terrain d’entente. Il faut convenir avec le vendeur les principales lignes de l’opération à savoir la valorisation, les modalités de paiement, le financement, les gages, etc. A la fin de cette étape, les deux parties peuvent procéder à l’établissement d’une lettre d’intention. Il s’agit d’un acte formalisé qui est similaire à la promesse de vente ou promesse d’achat pour les simples biens.

Cela peut vous intéresser : Convention : tous les avantages de l'organiser en Suisse

Les autres étapes avant, pendant et après la signature du contrat

Après la rédaction de la lettre d’intention, il est indispensable de passer par la réalisation d’un audit d’acquisition. C’est une opération qui permet d’examiner tous les détails sur tous les plans concernant l’entreprise à acquérir (social, environnemental, marché, comptable, financier, juridique, etc.). Les résultats doivent convenir aux contenus des documents d’informations communiqués par le vendeur.

S’en suit la négociation et la rédaction de la GAP ou Garantie d’Actif et de Passif. C’est une étape qui consiste en quelque sorte, à vérifier l’état général de l’entreprise (ses actifs, ses biens, etc.) et les différentes opérations que l’ancien dirigeant aurait pu faire (dettes au nom de l’entreprise, contrats et engagements divers, etc.). Certaines mauvaises surprises pourraient dévaloriser l’entreprise et rendre l’acquisition peu ou pas intéressante.

La dernière étape de l’acquisition d’entreprise est la matérialisation de l’accord. Pour cela, il est indispensable de rédiger le protocole d’accord ou signing. Il reprend tous les éléments de la vente. Il faut noter que les deux parties doivent aussi procéder à la réalisation des conditions suspensives existantes et accomplir le transfert des titres.

Similaires

© Biral AG 2023 | Tous droits réservés
-
Contact
-
Mentions Légales
-
Services
-
Emploi et Formation