Le statut d’auto-entrepreneur a vu le jour en 2009, au lendemain de la crise financière de 2008, sur l’initiative de l’État. L’objectif était alors de dynamiser le marché du travail en y apportant davantage de souplesse. Aujourd’hui, il existe de nombreux micro-entrepreneurs à travers l’ensemble des secteurs d’activité de l’Hexagone. Alors que faut-il savoir à son sujet et quelles sont les clés de la réussite ? On vous en dit plus au cours de ce texte !

Quelles sont les règles régissant le statut d’auto-entrepreneur ?

S’il est relativement simple de créer son statut d’auto-entrepreneur en passant par le portail des auto-entrepreneurs ou par une société spécialisée telle qu’espace-autoentrepreneur.com, cette structure professionnelle répond toutefois à quelques obligations légales qu’il convient de mentionner :

  • La déclaration du chiffre d’affaires, qui doit se faire mensuellement ou trimestriellement afin de procéder au calcul de vos charges sociales et fiscales. Ce chiffre d’affaires est soumis à un plafond de 70 000 si vous exercez une activité de services, et de 170 000 euros si vous revendez des marchandises.
  • La mise à jour régulière d’un carnet de recettes qui doit pouvoir être présenté en cas de contrôle fiscal. Si vous réalisez des achats au titre de votre activité professionnelle, vous devez également tenir à jour un cahier d’achats.
  • Toutes vos factures et tous vos devis doivent être conservés précieusement pour pouvoir être présentés en cas de contrôle. Ces documents sont par ailleurs susceptibles de servir de preuve juridique en cas de litige jusqu’à 10 ans après la cessation de votre activité de micro-entrepreneur.

À quels avantages doivent s’attendre les micro-entrepreneurs ?

En contrepartie, un certain nombre d’atouts non négligeables doivent être mentionnés quant à la création d’un statut d’auto-entrepreneur :

  • Cette structure est cumulable avec une position de salarié dans une entreprise privée, ou bien avec un poste au sein de la fonction publique. Cela signifie que vous pouvez obtenir des revenus complémentaires grâce à une activité secondaire, tester un projet professionnel ou encore commencer votre reconversion professionnelle sans encourir de trop grands risques sur le plan financier.
  • Vous êtes exonéré de TVA, ce qui vous permet de ne pas la facturer à votre clientèle. En comparaison d’autres formes juridiques bien plus complexes telles que l’EURL qui elle est tenue de payer la TVA, vous disposez donc d’un avantage concurrentiel. Vous êtes en effet en mesure de baisser vos prix pour générer de l’engagement.
  • De nombreux outils sont à sa disposition pour l’aider à faire du reporting sur son activité professionnelle, comme mentionné sur Mr-entreprise.fr.
  • Vous pouvez clôturer votre micro-entreprise de manière aussi aisée qu’au moment de sa création. Ce qui vous garantit de la flexibilité en toute circonstance.

Comment mettre en place une auto-entreprise ?

Comme évoqué précédemment, la création du statut d’auto-entrepreneur se veut considérablement simplifiée. Il vous suffit en effet de vous connecter sur le portail des auto-entrepreneurs ou de remettre votre demande à une société spécialisée, pour remplir un formulaire en ligne. Ce formulaire en ligne comporte des indications sur votre nom, votre prénom, votre numéro de téléphone et votre adresse. Il renseigne également la nature de votre future profession.

Cette profession déterminera le centre de formalité des entreprises auquel vous serez affilié. A la suite de quoi vous recevrez un numéro de SIRET qui vous permettra de vendre et de facturer produits ou services à votre clientèle.

Cette démarche en ligne est la seule que vous avez à réaliser, vous n’avez pas besoin de vous déplacer où que ce soit. C’est l’une des raisons pour laquelle de plus en plus d’actifs se lancent dans cette aventure et voient jusqu’où elle les mène !