Le « community management » s’impose de plus en plus dans la stratégie marketing des entreprises. Davantage d’entreprises recourent également à l’outsourcing. Selon les estimations Cegos pour la France, l’outsourcing a enregistré 630 millions de contrats en 2014. Depuis, ce chiffre ne cesse de croître sensiblement. Comment s’explique cet engouement des entreprises à recourir à l’outsourcing ? La nécessité de recourir à une expertise avérée constitue la raison majeure qui justifie ce choix. Cependant, d’autres entreprises n’hésitent pas à externaliser leur community management en raison du moindre coût proposé par certaines agences spécialisées.

L’outsourcing, l’indispensable recours à l’expertise externe

Pour certaines entreprises, le community management constitue un enjeu important de la stratégie de communication. Ces entreprises recherchent en général des compétences avérées pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs. Le recours à un « community manager » interne ne leur paraît pas suffisant pour relever les défis de l’entreprise. Elles préfèrent trouver un vrai partenaire capable de co-élaborer avec elles une véritable stratégie de communication sur le web. Ces entreprises dont les activités sont généralement dématérialisées avec d’importants enjeux sur le web, ont l’obligation de dénicher les meilleures compétences pour leur community management. Elles n’hésitent donc pas à recourir aux agences spécialisées en cette matière, peu importe le prix. Ces agences permettent également une souplesse dans l’exécution des tâches ainsi qu’une bonne disponibilité en termes d’horaires de travail.

Le recours à l’expertise externe se justifie également par la diversité de compétences (gestion adwords, gestion Facebook ads, SEO, marketing d’influence, marketing B2B, conseil analytics, etc.) qu’on retrouve au niveau des agences spécialisées en community management. Ces agences constituent une association de spécialistes et chacun intervient dans sa spécialité. Une entreprise qui recourt par exemple à l’agence Junto profitera de toutes ces compétences mutualisées pour une prestation efficace et efficiente.

En effet, le community management exige des compétences cumulées. Et le stagiaire ou le community manager occasionnel ne possède pas forcément toutes ces compétences requises. Il fera à coup sûr preuve de moins d’efficacité en la matière qu’un spécialiste en agence. Le stagiaire aura également tendance à recourir au web pour rechercher les influenceurs et influenceuses web du moment alors que le spécialiste en agence travaille déjà avec eux.

L’expertise s’acquiert aussi par une pratique permanente et cette pratique fait généralement défaut au stagiaire ou au community manager occasionnel.

Cependant, rien n’empêche une entreprise avec un community management à enjeu stratégique de coupler un chargé de communication en interne et l’expertise en agence, voire d’opter pour une sous-traitance à moindre coût pour des activités répétitives et chronophages. La norme voudrait même que ces entreprises gardent la main sur leur community management et y positionne quelqu’un de compétent dans la durée en dépit de l’externalisation.

L’outsourcing, pour rationaliser les coûts

En cas d’externalisation de son community management vers un pays à moindre coût, l’outsourcing constitue une opportunité de réduction des coûts. Plusieurs entreprises ont recours à cette solution. Ces entreprises déboursent moins d’argent pour une prestation équivalente, voire meilleure à celle qu’elles auraient réalisée en interne. Cette solution reste idéale pour les entreprises dont la communication web ne constitue pas une activité stratégique.

En effet, un community manager, stagiaire ou confirmé, qui gère à la fois la communication web et toute une série d’autres tâches risque de présenter certaines carences en termes de performance. Votre communication web connaîtra alors une défaillance. Avec l’évolution permanente et constante des réseaux sociaux, la maîtrise de meilleures techniques de publication exige que le community manager y consacre autant de temps que possible. À défaut de disposer d’un commmunity manager suffisamment dédié à la communication web, l’entreprise gagnera à confier son community management à un prestataire. Le challenge consistera donc à trouver la bonne agence dans la pléiade de sociétés qui proposent à moindre coût leurs prestations en cette matière.