Selon l’APCE, les français mangent plus de 2 milliards de sandwichs par an. De nombreux acteurs se partagent les bénéfices ce marché, les boulangeries, les restaurants rapides et les sandwicheries. Beaucoup de salariés et d’étudiants optent pour un déjeuner sur le pouce, par manque de temps ou parce que le prix d’un sandwich est plus abordable qu’un repas complet. Les opportunités d’acquérir une sandwicherie sont ainsi nombreuses avec aux choix toutes les entreprises créées depuis 2000.

Les chiffres clés à connaitre avant de reprendre une sandwicherie

En France, le secteur de la restauration rapide représente un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards d’euros. Il existe plus de 8000 franchises et de 2600 points de vente en auto-entreprenariat. Cette statistique démontre que cette formule connait beaucoup de succès auprès des français. Ces derniers apprécient plus particulièrement la livraison à domicile et l’option à emporter. Il n’empêche qu’ils restent vigilants sur la qualité nutritive de leur déjeuner. Ils sont également très pointilleux sur le tarif appliqué par les commerçants puisqu’ils ont en moyenne un budget de 7 à 10 euros. Toutes ces données expliquent en partie le prix de la reprise de sandwicherie. Cette transaction équivaut généralement au chiffre d’affaires réalisé sur un an. Il est donc très important de trouver le bon repreneur pour sa sandwicherie. En plus d’avoir le capital nécessaire, ce dernier est aussi motivé par une envie de faire de réels bénéfices. Ces critères permettent ainsi de faire le tri entre tous les acheteurs potentiels afin d’aboutir à la signature d’un contrat de vente effectif.

A lire en complément : Améliorer les relations au sein de votre équipe grâce aux sondages en ligne

Les règles de base pour ouvrir une sandwicherie

 

Ouvrir une sandwicherie ne requiert aucun diplôme particulier. Il est cependant indispensable d’avoir une petite licence restaurant pour exercer en toute légalité. Cette sésame permet de proposer des formules sandwichs et boissons à sa clientèle. À savoir que cela ne donne pas le droit de vendre des boissons alcoolisées en dehors du vin et de la bière. Sinon, il faut obtenir une licence restaurant pour pouvoir mettre sur sa carte tous les types de boissons. Le repreneur doit par ailleurs suivre une formation sur les obligations et les droits relatifs à l’exploitation d’un restaurant rapide. De ce fait, le permis d’exploitation a une validité de 10 ans renouvelable. Il faut également veiller à respecter les normes de sécurité en vigueur. Celles-ci dépendent de la capacité d’accueil et de sa facilité d’accès. En parallèles, il faut aussi respecter les règles d’hygiènes. Des contrôles sont régulièrement faits et la moindre faute peut entraîner la fermeture de la sandwicherie. Tous ces points doivent être discutés avec le repreneur.

Sujet a lire : Pourquoi souscrire une assurance professionnelle ?