Les métiers de l’optique sont les plus porteurs en France. Les chiffres sont là pour attester de la pleine croissance du secteur. Plus encore, il s’agit d’un métier qui nourrit son homme. Ce qui est encore intéressant est que moins de 15% seulement des diplômés de l’optique chôment pendant plus de trois mois après l’obtention de leur parchemin. Hésiteriez-vous encore ?

Zoom sur les métiers d’optique

Les formations dans le domaine de l’optique sont fort nombreuses et diversifiées. Mais ce qui les relie, ce sont bien les soins portés aux yeux. Après les ophtalmologues qui sont des médecins spécialisés et attitrés de l’œil, on découvre les métiers d’ingénieur en optique industrielle et d’opticien-lunetier. On peut aussi devenir optométriste ou technicien spécialisé en photonique ou optronique. De plus, le métier de monteur en optique-lunetterie et detechnicien supérieur en optique instrumentale font partie de ceux classés dans le secteur. Par ailleurs, on peut tout aussi être manager de vente en optique-lunetterie.

Pour être ophtalmologiste, il faut suivre le cursus de médecine et faire une spécialisation en ophtalmologie. Le parcours est moins long pour les métiers associés. Pour accéder aux professions associées, il faut avoir le brevet de technicien supérieur opticien-lunetier après un baccalauréat scientifique avec option physique-chimie ou SVT ; il permet de se mettre à son compte ou de gérer son point de vente. Il y a aussi le bac pro optique lunetterie qui ouvre voie à des postes d’assistants opticiens ; il s’obtient en trois ans après la troisième.

Opticien, un métier d’avenir ?

Plus de 85% des nouveaux diplômés du secteur de l’optique décrochent un job dans les trois mois suivants parce que le nombre de malades ne cesse d’augmenter. Et pour cause, 7 adultes sur 10 portent des lunettes en France et 2 français sur 3 soit les trois quarts des Français (73 %) sont consommateurs de l’optique appliquée soit dans l’utilisation de lentilles, soit dans le port de lunettes.

La demande est déjà bien forte dans les petites villes et les zones rurales pendant que tout indique que ce n’est qu’un début. En effet, d’ici 2050, le nombre de myopes au niveau mondial aura doublé car les jeunes âgés de 16 à 24 ans passent en moyenne 9h24 par jour devant un écran.

Loin d’être seulement un traitement, le port de lunettes devient une tendance qui a de beaux jours devant elle. Par ailleurs, le métier d’opticien est bien payant. Un opticien débutant peut espérer un salaire moyen de 1.700 euros par mois ; expérimenté, il pourra gagner entre 2.200 euros et 2.500 euros bruts par mois.