En quoi consiste la géolocalisation des véhicules ?

La géolocalisation véhicule transport collectif permet de repérer et positionner chaque véhicule de la flotte, sur un plan ou bien une carte.

Pourquoi utiliser la géolocalisation ?

L’objectif de la géolocalisation est de bénéficier d’un suivi régulier du temps de travail des employés, de s’assurer de la sécurité du salarié, du véhicule et des marchandises transportées. Elle permet également d’optimiser les coûts et de suivre une prestation liée à l’utilisation du véhicule par exemple.

Avez-vous vu cela : Les meilleurs matelas pour lit de bébé : guide d’achat

L’employeur peut observer en temps réel le positionnement de l’objet connecté à distance, cela peut correspondre à un ordinateur, un smartphone ou un véhicule de fonction. Cette technologie est utilisée par certains employeurs gestionnaires de flottes automobiles souhaitant suivre les déplacements professionnels des salariés.

Les avantages de la géolocalisation des véhicules d’entreprise

En surveillant les trajets, il est possible d’optimiser les distances parcourues et de réduire les coûts. Le gestionnaire de la flotte automobile est également en mesure de vérifier les mouvements et éventuelles tentatives d’effraction, la sécurité du véhicule est donc assurée.

En connaissant précisément les trajets et positions de chaque collaborateur, l’entreprise est en mesure d’optimiser l’utilisation de la flotte de véhicules.

Autre avantage incontestable : dans le cas d’une activité commerciale, l’entreprise peut renseigner le client en temps réel concernant l’arrivée du véhicule.

La géolocalisation d’un véhicule fait sens pour les entreprises dont l’activité est majoritairement liée à l’utilisation des véhicules : les salariés itinérants, les activités BTP ou de transport, etc.

Quelles utilisations ne sont pas autorisées ?

Si le dispositif (GPS de la voiture par exemple) est utilisé pour des raisons sortant de ce cadre légal, l’employeur peut être exposé à des amendes.

Les utilisations à exclure concernent :

  • Le contrôle de la vitesse ou le contrôle permanent d’un employé.
  • Vigilance concernant les modalités des contrats de travail, par exemple un salarié avec statut VRP est libre dans l’organisation de ses déplacements.
  • Il est également illégal de suivre les déplacements des représentants du personnel durant leur mandat et de suivre la localisation des employés en dehors du temps de travail.
  • Enfin : calculer le temps de travail des employés alors qu’un autre moyen le permet.

Certaines erreurs sont à éviter pour les employeurs comme tracker excessivement un employé, oublier d’informer les salariés de l’utilisation d’un système de géolocalisation, ne pas donner accès aux données collectées qui les concernent ou encore la conservation des données au-delà de la limite légale de deux mois (durée variable en fonction du motif).