Aujourd’hui, la traduction constitue un levier de croissance incontournable pour les entreprises. En effet, elle permet de conquérir de nouveaux marchés. Toutefois, dans certains domaines, la transcription doit respecter un lexique spécifique et une terminologie précise. Il en découle de la compréhension, voire de la sécurité du lecteur. C’est la raison pour laquelle les professionnels préfèrent contacter une agence de traduction pour traduire des textes techniques.

La traduction technique en quelques mots

La traduction consiste à transposer un contenu rédigé dans une langue, dans une autre. On en distingue principalement deux catégories. La « traduction littéraire » ou la « traduction d’édition » est surement la plus connue. Elle traite principalement des sujets génériques, des textes fiction ou ceux qui touchent aux sciences humaines. Ici, le traducteur se concentre sur le fond du texte source et sa cohérence terminologique. Le travail fait également appel à la créativité pour rester fidèle aux propos de l’auteur, tout en les adaptant à un contexte culturel ou à une époque.

Destinée à un lectorat bien défini, la « traduction spécialisée », quant à elle, consiste à traduire des documents techniques. Elle nécessite l’utilisation d’un lexique et d’une terminologie spécifiques. Aussi connue sous le nom de traduction technique, elle s’adresse généralement aux entreprises et s’applique dans cinq thématiques différentes. On distingue le domaine médical, juridique, informatique, financier et marketing. Dans ce registre, le traducteur doit être irréprochable. Et tout comme les champs d’application, les types de contenus à transcrire sont variés. Il peut s’agir d’un mode d’emploi, un schéma, un brevet, un compte rendu d’une réunion ou un bilan comptable.

La capacité du traducteur : un critère fondamental pour réussir un projet de traduction

Le succès d’une traduction technique repose sur deux critères principaux. Le premier étant la qualité du texte source. Un article mal rédigé ou rempli de maladresses va compliquer la compréhension du traducteur. Ce qui influera sur le processus de transcription. L’agent devra effectivement prendre le temps de bien comprendre le contenu pour éviter les erreurs. Ce qui aura un impact considérable sur la durée de traitement, pouvant entrainer un retard de livraison. Dans le pire des cas, le professionnel pourrait fournir un travail de mauvaise qualité. L’entreprise doit donc s’assurer que le document source ne contienne aucune faute de forme ni de fond.

Par ailleurs, le succès d’un projet linguistique repose aussi sur les compétences du spécialiste de la traduction (voir le site suivant en guise d’exemple d’agence spécialisée dans la traduction technique). En général, le traducteur technique est spécialisé dans un domaine spécifique, comme le droit, l’informatique, la santé, la finance ou le commerce. Il maitrise parfaitement son sujet et est capable de garantir l’uniformité terminologique du texte. De même, l’expert doit disposer d’une bonne culture générale et de capacités interculturelles. Il pourra alors transposer d’une culture à l’autre, sans grande difficulté.

Enfin, étant un outil indispensable pour tout traducteur, l’utilisation des mémoires de traduction contribue au processus de localisation. Il améliore considérablement la qualité, la cohérence et le temps de traitement.