En France, l’auto-entrepreneuriat a rencontré un grand succès depuis sa création il y a dix ans. L’avantage, c’est qu’il permet à certains métiers du web d’exercer avec plus de liberté et depuis n’importe où dans le monde. Néanmoins, pour les Français qui partent vivre en Suisse, un changement de statut s’impose. Dans le cas contraire, l’auto-entrepreneur continuera de payer ses charges et ses impôts en France alors qu’il réside en Suisse.

Comment devenir travailleur indépendant ?

Pour devenir travailleur indépendant en Suisse, il faut créer ce que l’on appelle une raison individuelle. À quelques détails près, c’est l’équivalent suisse de l’auto-entrepreneuriat français. Néanmoins, les charges sont moins élevées en Suisse et il n’y a aucune limite de chiffre d’affaires. Résultat, c’est un statut encore plus intéressant qu’il ne l’est actuellement en France.

 

Pour les travailleurs frontaliers qui déménagent en Suisse et quittent leur emploi pour devenir indépendants, il ne faut pas non plus oublier la prestation pour un compte de libre passage. Ce compte permet de verser tout le capital accumulé pour la prévoyance professionnelle (chômage, retraite, etc.) et de profiter de taux d’intérêt plus élevés que sur un compte épargne. Cela permet donc de continuer à cotiser simplement, même quand on n’est plus salarié.

Un auto-entrepreneur français peut-il travailler pour des entreprises suisses ?

En tant qu’auto-entrepreneur résidant en France, vous avez tout à fait le droit de proposer vos prestations à des entreprises étrangères. Les choses se compliquent un peu si l’entreprise ne dispose pas d’une TVA intracommunautaire de l’Union européenne, mais c’est toujours possible. De même, quand vous créez une raison individuelle, vous pouvez continuer à proposer vos prestations à des entreprises françaises, suisses et autres.

 

En revanche, pour créer une raison individuelle suisse, vous devez résider en Suisse. Il est donc généralement plus facile de commencer par trouver un employeur en Suisse pour se faciliter les démarches liées à l’installation. Ensuite, il est très facile de créer une raison individuelle et de lancer sa propre activité.

Les règles pour devenir indépendant en Suisse

En Suisse, pour devenir travailleur indépendant, il existe tout un tas de règles qui poussent souvent les entrepreneurs à se tourner vers les services de comptables professionnels. D’abord, il y a la nécessité de gérer la prévoyance professionnelle dont nous vous parlions un peu plus tôt. Ensuite, il faut également soumettre son nouveau statut à la caisse de compensation. Celle-ci va vérifier les autorisations liées à votre activité et le numérus clausus s’il en existe un dans votre domaine.

 

Enfin, contrairement à la France, la caisse de compensation exige que le travailleur indépendant prouve l’existence de son activité avant de l’enregistrer officiellement. Vous devez avoir déjà produit quelques factures et vous pourrez également montrer le loyer des locaux que vous occupez le cas échéant.