Investir dans l’immobilier peut paraître inaccessible lorsqu’on est encore jeune. En effet, ce type de prêt a la réputation d’être accessible qu’aux personnes ayant un âge mûr et qui dispose d’un salaire et d’un apport conséquent. Pourtant, loin des idées reçues, bien que cela ne soit pas toujours évident, il est bien possible pour les jeunes d’investir dans la pierre. Afin d’apporter plus de visibilité sur le sujet, focus sur les différentes possibilités qui s’offrent à ces jeunes qui ont de l’ambition.

Oser souscrire à un crédit immobilier

Souscrire à un crédit immobilier est une solution courante pour toute personne qui souhaite investir dans l’immobilier, mais qui ne dispose pas le fonds nécessaire pour financer son projet. Il faut toutefois savoir que ce type de prêt qui concerne généralement un montant conséquent induit des mensualités assez lourdes et une durée de remboursement souvent longue. Étant donné l’importance de l’engagement, bon nombre de jeunes hésitent de se lancer.

Un autre blocage qui fait hésiter les jeunes à souscrire à cette sorte de prêt à la peur du refus de la part des banques. Pourtant, avec un CDI en poche, une excellente gestion de ses finances personnelles et un projet bien élaboré, il est tout à fait possible à une jeune d’obtenir un crédit immobilier auprès de la banque. Afin de profiter des avantages de ce type de financement, il est conseillé d’effectuer une simulation de crédit immobilier. Cela est très utile pour le montage du dossier et la recherche des meilleures offres.

Opter pour un investissement pierre papier

Outre l’investissement dans la pierre physique, à savoir l’achat immobilier comme résidence principale ou secondaire, l’investissement pierre papier est une option intéressante pour les jeunes qui veulent investir dans l’immobilier. Cela consiste à acheter directement des parts ou des actions à des sociétés immobilières. Plusieurs sociétés et organismes sont disposés à cette sorte d’investissement. L’épargnant perçoit un revenu sans apports conséquents obligatoires. Parmi les sociétés immobilières les plus notables, on peut citer les SCI et les SCPI.

  • La SCI ou Société Civile Immobilière

Une SCI est un contrat de société par lequel les associés décident de mettre en commun un ou plusieurs biens immobiliers dans le but d’en partager les bénéfices et de jouir de l’économie qui pourrait en résulter, tout en s’engageant à contribuer aux pertes. Les personnes qui constituent la SCI peuvent être des membres d’une famille, des amis de longue date ou d’autres investisseurs. Le rôle et le nombre de parts de chacun des associés sont définis par les statuts de la Société Civile Immobilière. Étant une société civile dotée de la personnalité juridique, c’est la SCI fait l’acquisition des biens.

  • La SCPI ou Sociétés Civiles en Placement Immobilier

La SCPI dispose d’un fonctionnement très différent de la SCI. En effet, elle est gérée par une société d’investissement qui s’occupe de lever des fonds auprès des investisseurs, qui la rejoignent en contrepartie de leurs apports. Ce sera la SCPI qui choisit le parc sur lequel investir, ceci selon la ligne directrice qu’elle a établie et portée à connaissance de chaque investisseur avant leur adhésion, et sa gestion. Le jeune qui choisit cette option se contente de percevoir une partie des loyers, une fois les frais déduits et en fonction du nombre des parts.